Le syndrome du « Moi Je! »

Hello ici!

Bon j’essaie de sortir autant des articles basiques que de ma zone de confort. Je veux me rapprocher au maximum de mes erreurs pour vous aider à avancer sans forcément faire les mêmes ou les corriger

J’aimerai parler du syndrome plus ou moins répandu du “moi, je!”.

Il y a plusieurs catégories de personnes dont 3 principalement :

1. Les passifs.

Les passifs (et ce n’est absolument pas péjoratifs!) sont généralement très bien vus de leur entourage et des personnes qu’ils rencontrent car ils s’intéressent (vraiment) aux autres, posent des questions et ne parlent jamais d’eux sauf si une question leur est posée.

Une personne que j’appelle passive a le respect et une certaine admiration de ses pairs de par sa façon d’être et son côté attentionné.

2. Les “Moi je!”

Ils sont l’inverse total, c’est à dire qu’ils ne parlent que d’eux, constamment. (Ce qui, en soi n’est pas non plus péjoratif.) Ils ne posent aucune question et sont centrés sur eux même, ils aiment raconter leur vie, leur exploit et leur ressentis aux autres.

Bien souvent, ils ne s’en rendent pas compte et perdent généralement pas mal de personnes à cause de ce trait de caractère ressenti comme de l’égocentrisme et parfois même de l’égoïsme.

3. Les “moitié moitié

Oui je ne trouvais pas le mot adéquat ahah! Il s’agit là de la catégorie la plus interessante car ils arrivent en le voulant ou sans le vouloir, ou du moins essaient, de faire la part des choses et d’être autant attentionnés aux autres qu’ouverts sur leur vie.

Il parle d’eux souvent mais s’intéressent quand même aux autres, plus ou moins volontairement et avec envie.

J’étais une “Moi je!” depuis genre ma plus tendre enfance quoi, et ça m’a desservi. Le problème c’est qu’aujourd’hui, les gens ne sont pas francs, ne critiquent jamais en face, c’est pour ça que j’ai mis extrêmement longtemps à m’en rendre compte.

Je m’en suis rendue compte avec ma mère, que je ne connaissais pas si bien que ça finalement. Ça m’a mis un sacré coup et je me suis dit qu’en fait, elle, elle connaissait tout de ma vie mais je ne savais rien de la sienne car je n’avais jamais posé beaucoup de question et ça m’a mis très très mal à l’aise et même vraiment triste…

Je suis passée par une phase “passif” mais ce n’est pas ma personnalité car j’aime m’ouvrir aux autres. Pendant cette période passive, j’ai cependant compris l’importance de s’intéresser aux autres et surtout de les laisser parler.

Avant il n’y avait que moi moi et encore moi. Je ne m’en cache pas, je suis heureuse d’avoir réussi à déceler ça car comme dans les confessions intimes et compagnie (prenons quand même en compte un peu les émissions de ce genre étant un peu crédible ahah!), en visionnant les vidéos d’eux, c’est à ce moment là et uniquement à ce moment là qu’ils voient leur vrai comportement, ce qu’ils disent, ce qu’ils font paraître et la douche est généralement froide voir glacée…

“Non, j’ai pas pu dire ça quand même?!”

Où je veux en venir? C’est que personne ne vous dira : “tu parles trop de toi, essaie de laisser le sujet “moi” de côté et pose moi des questions.” Ils écouteront, d’une manière plus ou moins attentive, vous montrerons mille gestuels qui montreront leur froideur, leur réticence ou leur manque d’intérêt MAIS ils ne vous le diront jamais.

Perdre des gens, c’est rien, ça s’appelle la sélection sociale et les personnes qui ont une réelle affinité avec vous resteront même si vous parlez de vous tout le temps.

Pour votre bien être et également pour apprendre des choses, laissez un peu de temps sur le sujet “moi” de côté pendant quelques heures, moins ou plus et observez les personnes autour de vous.

Un espèce de jeu de rôle peut être fait également en préparant des questions à poser et à esquiver le sujet “moi” pour se concentrer uniquement sur votre interlocuteur.

Les “Moi je” manquent simplement de confiance en eux même, ils ont besoin de reconnaissance et qu’on leur montre de l’intérêt, rien de plus. Ils veulent se mettre en avant et surtout se rassurer, comme je l’étais, et comme je le suis des fois aussi encore un peu “malheureusement”. Je bosse dessus tous les jours pour apprendre des autres.

Le “défaut” que j’ai, c’est qu’à vouloir changer le monde ainsi que mes “dons” particuliers, lors d’une discussion, j’analyse la personne, et je la conseille.

Mon truc c’est de conseiller, alors que je sais pertinemment que la personne a peut être juste besoin d’être écoutée hein…

Mais non, pour l’instant je veux tellement faire le bien que j’écoute pour conseiller, pour rendre la personne heureuse, pour lui montrer de l’intérêt, l’encourager, le renforcer, lui donner de l’énergie.

Est ce que cette caractéristique se calmera? Hmm je n’en sais rien. Peut être…

Observez vous et lancez vous des défis.

Si vous êtes passifs, habitués à ne jamais parler ou très peu de vous, parlez d’une chose que vous avez fait la veille par exemple.

Si vous êtes “moi je” posez 5 questions à quelqu’un et ne parlez pas de vous de toute la conversation.

Si vous êtes les deux, pas de défis particuliers, juste à renforcer les bases acquises!

Belle soirée à vous !!

Tu as aimé mes articles? Tu aimeras aussi ceux là

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *